Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palais 2015 vernissage presse
Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palais 2015 vernissage presse
Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palais 2015 vernissage presse
Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palais 2015 vernissage presse
Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palais 2015 vernissage presse
Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palais 2015 vernissage presse
Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palais 2015 vernissage presse

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Grand Palais 2015 vernissage presse

Voyageuse impétueuse, vraie femme d'affaires et féministe avant l'heure, la fascinante destinée d' Elisabeth Louise Vigée Le Brun reste mal comprise des français. C'est justice rendue par le Grand Palais à celle qui s'impose dans un siècle condescendant pour les artistes femmes et tourmenté par la Révolution. Une carrière fulgurante qu'elle ne doit qu'à son talent et sa conscience précoce de l'impact de son image, que certains dont Simone de Beauvoir, ont décrit comme du narcissisme alors que l'on parlerait plutôt aujourd'hui de mise en scène de soi. D'origine modeste, son mariage avec le marchant d'art Jean-Baptiste Pierre Le Brun l'empêche dans un premier temps de se présenter à l'Académie, elle prendra sa revanche grâce au soutien de la reine Marie-Antoinette dont elle devient le peintre officiel. Démarre alors une consécration où l'ambition et la volonté de dépasser les limites imposées à son sexe n'ont d'égal qu'une technique et un sens des couleurs qui dépassent largement les autres portraitistes en vogue de l'époque. Elle entend se mesurer aux hommes et à la peinture d'histoire qui lui restait interdite.Elle se met rapidement au services de la cour et des élites jusqu'à ce qu'elle doive quitter le territoire, victime d'attaques diffamatoires. Une émigration qu'elle tournera à son avantage pour servir une nouvelle clientèle européenne fascinée par le goût à la française qu'elle traduit magistralement multipliant les innovations. L'Italie, l'Autriche, la Russie sa renommée ne cesse de s'accroître jusqu'à son retour à Paris en 1802 où elle se place alors dans l'orbite du Consulat et de l'Empire. Une longévité qui s'explique par une audace coloriste constante et une stratégie sociale sans faille. Si le pinceau est une arme pour elle, la plume également dans un désir de mettre en avant sa réussite qui n'occulte pas cependant une certaine quête de vérité. Un story telling très avant-gardiste en sorte ! Moderne, passionnée et libre, Elisabeth Louise Vigée Le Brun embrase son siècle comme le souligne avec brio ce premier hommage de la France qui à travers un parcours réunissant plus de 150 oeuvres en souligne les zones d'ombre et de lumière. Femme, mère et artiste, une redoutable équation qu'elle n'a de cesse de résoudre usant de ses attraits autant que de son talent. Elle ouvre la voie de l'émergence des femmes peintres et bien au delà.

Infos pratiques :

Elisabeth Louise Vigée Le Brun

du 23 septembre 2015 au 11 janvier 2016

Grand Palais

http://www.grandpalais.fr/

Partager cet article

Repost 0