Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lille3000 : oser l'esprit Renaissance !

par Marie de la Fresnaye 27 Septembre 2015, 07:07

@Lille3000 Renaissance, 2015.
@Lille3000 Renaissance, 2015.
@Lille3000 Renaissance, 2015.
@Lille3000 Renaissance, 2015.
@Lille3000 Renaissance, 2015.
@Lille3000 Renaissance, 2015.
@Lille3000 Renaissance, 2015.
@Lille3000 Renaissance, 2015.

@Lille3000 Renaissance, 2015.

Une volonté politique forte, une ville et son agglomération toutes entières mobilisées, une programmation dense signée Didier Fusillier qui malgré sa nomination récente à la Villette reste plus impliqué que jamais, Lille 3000 se veut particulièrement rayonnante en 2015, en réponse à la crise durable et un contexte mondial instable."Redonner le moral à une ville à travers la culture"déclarait Martine Aubry en préambule.

Cette 4è édition sous le signe de la Renaissance, même si elle s'ancre dans un riche passé (les Flandres et l'âge d'or que l'on connait) se veut résolument ouverte au monde et tournée vers l'avenir. Partant de 5 villes exemplaires pour leur capacité à rebondir et se reconstruire : Detroit, Seoul, Phnom Penh, Eindhoven et Rio de Janeiro, les acteurs culturels (musées mais aussi organismes à caractère associatif) ont construit une cartographie potentielle de ces scènes artistiques singulières,d'autres ont donné une lecture plus littérale du concept humaniste de la Renaissance. Le résultat est inégal dans ces panoramas qui pour les villes penchent plus du côté d'un instantané socio-culturel. Détroit et Séoul sont à mon sens les propositions les plus abouties.

  • "Detroit is not dead"

Epilogue tragique d'une faillite programmée, taux de chômage et de criminalité galopants, l'ancienne capitale glorieuse de l'automobile est devenue une "shrinking city"(ville fantôme). Face à ce constat, certains ont décidé de retrousser leur manches et de privilégier le DIY (Do It Youself). Les artistes sont les fers de lance de ce bouillonnant renouveau. La Gare St Sauveur en collaboration avec le MOCAD (Museum of Contemporary Art Detroit) accueille plusieurs de ces farouches optimistes. Scott Hocking en investissant une partie désaffectée de la Halle B encore jamais montrée, frappe fort. Son installation gigantesques façon tout de Babel créée à partir de rebut de traverses de chemin de fer est assez vertigineuse en écho à l'espace de son atelier et ses sources d'inspiration. Corrie Baldauf avec ses Filtres d'optimisme qu'elle pose sur le toit de friches industrielles est également très juste. Les photographes sont nombreux : Steve Shaw et ses séries en noir et blanc et deux français Aurélien Vernhes-Lermusiaux qui ressuscite les fantômes des anciennes façades et Jean-François Rauzier, adepte de l'hyper-photographie. Dehors, une ferme urbaine (en partenariat avec Design for change) incarne ses nouveaux styles de vie.

  • Séoul, vite, vite !

Traduction française d'une expression coréenne courante, l'hyper modernité de la Corée du Sud, laisse place à de nombreuses contradictions que soulèvent les artistes invités par Jean Max Colard, commissaire de cette fascinante aventure au Tripostal. Dès l'entrée nous plongeons dans l'univers pop psychédélique de Choi Jeong Hwa avant de découvrir dans le pénombre l'univers plus fantastique de Choe-U-Ram qui transforme des phares de voiture en boule lumineuse incandescente. A l'étage, Lee Bul avec son installation miroitante Civitas Solis II sème le trouble, tandis que l'artiste émergente diplômée des Beaux Arts de Paris, Soyoung Chung évoque une réalité plus brutale, celle de la rupture entre les deux Corée. Le duo Moon Kyungwon et Jeonho Joonho qui représentent leur pays à la Biennale de Venise mélange les temporalités tandis qu'un appartement coréen est reconstitué s'attachant à décrire l'univers de ses habitants et notamment le phénomène du K-Pop, popularisé avec le fameux Gnagnamstyle au succès planétaire. Une évocation subtile et contrastée.

  • Rio de Janeiro, place à la parade !

Outre une parade du coup d'envoi très attendue le 26 septembre avec neuf containers de décors des écoles de samba cariocas ayant fait le voyage, cinq chars et la mobilisation de 2000 musiciens du Nord, l'exposition Cariocas ! à la maison Folie Wazemmes s'attache à montrer l'étrange capacité de transformation de Rio, seconde ville du Brésil avec ses 6,3 millions d'habitants. Passée l'incroyable performance sur le mur d'une maison de Tiago Primo, équilibriste qui dénonce le mal logement, l'invitation faite à la galerie expérimentale d'A Gentil Carioca permet de découvrir l'effervescence d'une scène où les initiatives collectives sont nombreuses (Opavivara ! univers des vendeurs de plage) mais aussi de l'immense favela Maré et sa première école de photographie gratuite ouverte par un autre collectif, Imagnes do Povo.

Echos et prolongation un peu partout dans la ville qui se métamorphose avec dès l'arrivée en gare Flandres les nuages de Lucy+Jorge Orta ou les gonflables de Choi Jeong Hwa place de la Vieille Bourse, musée de l'hospice Comtesse, centre Euralille et même à la Mairie ! Des notes joyeuses et colorées.

Au final ce sont 35 expositions, 30 lieux, 77 villes engagées pour un budget de 8,7 millions d'euros... suite dans prochaine chronique.

Lille3000, le voyage continue !

http://renaissance-lille.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Princesse K 19/11/2015 23:38

Non Detroit it's not dead, il faudrait que j'y retourne car je n'avais pas pu assez profiter. En revanche Séoul, c'est dans mon programme la prochaine fois que je repasse sur Lille. J'aime beaucoup cette 4eme édition de Lille 3000 et je n'ai pas encore tout vu !

Haut de page