Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Martin Parr prend les eaux à Evian !

par Marie de la Fresnaye 13 Octobre 2015, 07:05 Regions

@Martin Parr/Magnum Photos.
@Martin Parr/Magnum Photos.
@Martin Parr/Magnum Photos.
@Martin Parr/Magnum Photos.
@Martin Parr/Magnum Photos.
@Martin Parr/Magnum Photos.
@Martin Parr/Magnum Photos.
@Martin Parr/Magnum Photos.
@Martin Parr/Magnum Photos.
@Martin Parr/Magnum Photos.

@Martin Parr/Magnum Photos.

« On peut en apprendre énormément sur un pays en regardant ses plages : d’une culture à l’autre, il s’agit d’un des rares espaces publics où l’on croise les bizarreries et les excentricités qui caractérisent une nation. » Martin Parr

Accro des plages depuis The Last Resort (1986) dans la tradition de la photographie britannique du bord de mer (New Brighton), Martin Parr déplace son terrain de jeu sur les bords du lac Léman le temps d'une résidence d'été à Evian, ville au charme désuet et suranné dont il traque comme à son habitude les marges avec humour et self control. Si « le monde opère sur les plages » comme il le déclare, d'autres lieux de sociabilité et de commerce résistent à la standardisation planétaire. Nouvelle série où le vernaculaire l'emporte, ces 20 photographies des lieux emblématiques : grands hôtels pour élite fortunée (le Splendide, le Royal, l’Ermitage), fontaine de la source Cachat cure de jouvence où tout curiste vient se recueillir et s’approvisionner,promenade le long de la corniche à 5 heures avec une héroïne très proustienne, Spa et Parcours de Golf, traitent avec un regard tendre et amusé la disparition progressive du bon goût face au tourisme de masse. Des scènes plus triviales sont également croquées sur le marché ou dans l’usine d’embouteillage pour la version plus populaire. Un récit qui lorgne du côté de la peinture comme avec cette famille face au Léman qui pose la question du regardeur dans l’histoire du paysage (Caspar Friedrich) même si leur sac et vêtements trahissent des couleurs mondialisées, ce portrait de femme et son chien dignes d’une œuvre de la tradition des portraits du Siècle d’or, cette femme de chambre des Cygnes qui pose face à un désordre tout droit sorti d’une Vanité ou ces baigneurs du Lac inscrits dans une bacchanale très matissienne. Last but not least, « Stella » l’étoile du bitume, auto-stoppeuse aux allures de la guerrière Athéna qui se dresse et lève le pouce en direction de Thonon les Bains, autre station célèbre.

Couplée à la série « Life’s a beach »au titre à double détente, de 60 photographies que l’on redécouvre avec toujours autant de plaisir du Japon à l’Inde en passant par le Brésil, la Crimée ou l’Espagne, les deux suites exposées Palais Lumière, fleuron architectural de la Belle Epoque devenu aujourd’hui centre d’exposition d’envergure internationale, se répondent dans un décor de fausse place recréée, miroir dans le miroir dont joue l'artiste lui-même prenant la pose tel Picasso portant le parasol à Françoise Gilot à Golfe-Juan, immortalisés par un autre grand photographe, Robert Capa.

Exposition présentée en collaboration avec Magnum Photos.

Infos pratiques :

Life's a Beach/Evian sous l'oeil de Martin Parr

Commissaire : William Saadé

jusqu'au 10 janvier 2016

En regard de l'exposition : Spectacles, concerts, ateliers...

Palais Lumière

Quai Albert Besson, Evian (74)

http://ville-evian.fr/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page