Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Leçon de style au Palais Galliera, quelle robe porterez-vous le soir du réveillon ?

par Marie de la Fresnaye 23 Décembre 2015, 11:29 Expositions Paris Mode

Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.
Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.
Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.
Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.
Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.
Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.
Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.
Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.
Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.
Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.

Portrait de la comtesse Greffulhe par Otto © Otto / Galliera / Roger-Viollet.

Elle inspiré à Proust le personnage de la Duchesse de Guermantes dans A la Recherche, son extravagance et image parfaitement maîtrisée en font un personnage hors du commun régnant pendant un demi-siècle sur la Haute Société. La comtesse Greffulhe dont la garde-robe est ressucitée à Galliera avec le talent d'Olivier Saillard, son directeur, a non seulement un sens de la mode hors pair mais entretient autour de sa personne un mystère et une aura incomparables. Dosant ses apparitions constamment relayées par les chroniqueurs et auteurs de l'époque, elle s'initie à la photographie auprès du studio Nadar ayant deviné la puissance de ce nouveau medium qu'elle utilise comme relais de diffusion dans ce culte d'elle-même (préfigurant les réseaux sociaux d'aujourd'hui). Sa pratique d'aristocrate amateur se double d' un mécénat actif, inventant le fundraising avec la nouvelle Société des grandes auditions musicales qu'elle créée et la promotion événementielle de nombreux spectacles et opéras, dont les Ballets Russes. Elle tient salon rue d'Astorg dans son hôtel particulier mais aussi à la campagne dans ses propriété de province et n'hésite pas à s'engager dans le débat politique autour de l'affaire Dreyfus qu'elle défend, le Front populaire et les recherches scientifiques auprès des époux Curie. Cette mondaine est donc loin d'être une idiote et ses robes deviennent un levier puissant pour attirer l'attention vers d'autres causes. La parure et les atours sont une arme pour Elisabeth de Camaran-Chimay (1860-1952) dont l'influence se verra renforcée par son mariage avec le très fortuné Comte Henry Greffulhe. Son vestiaire qui traverse les époques, va suivre l'évolution du goût, des toilettes très apprêtées du Second Empire à la ligne plus épurée ou orientalisante des Années Folles. «Elle arrivait avec l’élégante vivacité, en même temps que la délicate majesté d’une gazelle, qui aurait rencontré une pièce de velours noir et qui la traînerait après soi, avec une grâce infinie ». décrit son oncle, Robert de Montesquiou.

Worth, bien sûr les Soeurs Callot, Jeanne Lanvin, Redfern, Philippe et Gaston, Jenny mais aussi Mariano Fortuny ou Vitaldi Babani qui annoncent la symétrie du futur Art Déco incarné par Nina Ricci, le tout sous le signe de l'originalité. Cette touche de fantaisie iconoclaste. Un côté Loulou de la Falaise, libre et extravagante qui aime les parodies. Une égérie du tout paris. D'ailleurs regardez bien sa pose malicieuse et légèrement provocante sur l'affiche de l'exposition. Vous devinerez dans son regard un je ne sais quoi de femme enfant, baby doll, lolita de la Haute. Une it girl avant l'heure.

Vous l'aurez compris, assurer un soir de réveillon c'est d'abord porter en soi cette étincelle de folie qui donne des ailes à une petite robe noire. La meilleure leçon de style, des parisiennes.

Infos pratiques :

La mode retrouvée

les robes trésors de la Comtesse Greffulhe

jusqu'au 20 mars 2016

Palais Galliera

10 avenue Pierre Ier de Serbie 75116 Paris

http://www.palaisgalliera.paris.fr/

L'exposition voyage et sera présentée au musée du FIT (Fashion Institute of Technology) de New York en septembre 2016.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Stéphanie 28/12/2015 10:22

En complément à cette visite, je vous conseille la lecture de l'excellente biographie de la comtesse par Laure Hillerin "La comtesse Greffulhe, l'ombre des Guermantes" (Flammarion).
Toutes les infos sur ce bouquin et l'actualité de la comtesse sur le site
http://www.comtessegreffulhe.fr/

Haut de page