Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ugo Mulas à la fondation Cartier-Bresson

par Marie de la Fresnaye 14 Janvier 2016, 15:37 Photographie Expositions Paris

 ©Ugo Mulas Andy Warhol, Philip Fagan et Gerard Malanga NY 1964.Fin des Vérifications,1972.Salle de Michelangelo Pistoletto "Vitalita del negativo", Rome 1970  ©Estate Ugo Mulas, Milano-Courtesy galleria Lia Rumma, Milano/Napoli.
 ©Ugo Mulas Andy Warhol, Philip Fagan et Gerard Malanga NY 1964.Fin des Vérifications,1972.Salle de Michelangelo Pistoletto "Vitalita del negativo", Rome 1970  ©Estate Ugo Mulas, Milano-Courtesy galleria Lia Rumma, Milano/Napoli.
 ©Ugo Mulas Andy Warhol, Philip Fagan et Gerard Malanga NY 1964.Fin des Vérifications,1972.Salle de Michelangelo Pistoletto "Vitalita del negativo", Rome 1970  ©Estate Ugo Mulas, Milano-Courtesy galleria Lia Rumma, Milano/Napoli.

©Ugo Mulas Andy Warhol, Philip Fagan et Gerard Malanga NY 1964.Fin des Vérifications,1972.Salle de Michelangelo Pistoletto "Vitalita del negativo", Rome 1970 ©Estate Ugo Mulas, Milano-Courtesy galleria Lia Rumma, Milano/Napoli.

A l'occasion de la traduction française de son ultime ouvrage devenu culte La Fotografia (1973), les archives Ugo Mulas, le Point du Jour à Cherbourg et la fondation Cartier-Bresson à Paris coproduisent l'exposition du photographe italien, majeur dans le panorama du XXè siècle mais peu connu en France. Autodidacte, il commence par s'intéresser à la scène artistique milanaise et la ville avant de devenir professionnel autour de plusieurs commandes en Europe et notamment autour de la Biennale de Venise qu'il couvre chaque année à partir de 1954. Son départ à New York 10 ans plus tard marque un tournant fondateur. Il y rencontre alors les grands peintres du mouvement Pop : Andy Warhol, Jasper Johns,Roy Lichtenstein, Franck Stella qu'il immortalise dans leur atelier en prenant soin d'expliquer le contexte, le milieu dans lequel évolue l'artiste et l'angle choisi. Cette série de portraits fera l'objet d'un livre "New York, the New Art Scene"publié en 1967. Il construit dès lors un véritable récit photographique où les liens d'amitié et d'empathie comptent autant que l'acte créateur lui-même. L'exposition parisienne ouvre d'ailleurs sur Alexandre Calder, son grand ami à qui il dédie une place particulière. Marcel Duchamp est assez saisissant devant la photographie de sa fameuse partie d'échecs avec Eve Babitz. ou le Grand Verre. Il se dégage alors une nécessaire dimension autobiographique et subjective. A son retour de New York, Ugo Mulas s'intéresse à la future Néo avant garde italienne avec Lucio Fontana ou Michelangelo Pistoletto avant d'entamer sa série Les Vérifications entre 1968 et 1972, considérée comme le fondement de la photographie conceptuelle. Il y interroge la matière et le processus photographiques à partir d'un hommage à Nièpce qui ouvre le champ à un vaste laboratoire expérimental (coloration, chimie,développement, étapes de réalisation, agrandissement..). Revenir à la spécificité de la surface, comprendre le métier de photographe, en analyser les opérations spéculatives, le tout donnant naissance à une véritable pensée visuelle et abstraite. Récemment le Centre Pompidou a présenté la série dans son exposition "Qu'est ce que la photographie ?" Preuve s'il en est nécessaire de la portée d'une telle démarche. Si vous souhaitez découvrir des images intimes et inédites des grands créateurs de ce siècle, précipitez-vous dans le magnifique immeuble/atelier d'artistes de l'impasse Lebouis qui abrite depuis 2003 la fondation Cartier-Bresson.

Infos pratiques :

Ugo Mulas

La Photographie

jusqu'au 24 avril 2016

http://www.henricartierbresson.org/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page