Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amateurs de trophées en tous genres, welcome to the club ! @musée de la chasse

par Marie de la Fresnaye 14 Avril 2016, 08:41 Expositions Paris

visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.
visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.

visite presse, musée de la chasse et de la nature, 2016.

Un musée qui aime poser des leurres à ses visiteurs comme nous le rappelle en préambule Claude d'Anthenaise, le facétieux directeur du musée de la chasse et de la nature. Dès la cour du musée la girafe très iconoclaste de Christian Gonzenbach nous invite à rester aux aguets ! Une antichambre photographique nous rappelle que les chasseurs chassent autant leur image que leur proie à en croire les postures prises devant l'objectif d'Eugène Pertuiset aventurier approximatif et parfait affabulateur, au Safari Club de David Chancellor. Puis l'on pénètre dans ce qui ressemble à un cottage anglais ou écossais saturé de peintures des supposés suiveurs du pompier Hippolyte-Alexandre Michallon. Et c'est là tout le talent oratoire du maître des lieux que de nous faire croire en de telles visions fantasmées de l'Afrique. En réalité un seul artiste, l'américain Mark Beard est à l'origine de ses doubles fictifs dont les travaux eux sont bien réels. Dès lors notre crédulité est mise à rude épreuve, dans le champ de la photographie avec Nicolas Rubinstein et sa jungle urbaine marseillaise, Joan Fontcuberta (safaris du roi Juan Carlos au Bostwana), Richard Barnes (illusion de la vie sauvage) ou Sinje Dillenkofer et ses fantômes d'armes, de la gravure avec le reportage graphique de Daniel Horowitz et de l'installation avec la girafe/observatoire d'Agnès Rosse, la peau de lion dézinguée de Dimitri Tsykalov ou la rhétorique animale de Ghyslain Bertholon en miroir déformant des travers et comportements humains. Car sous cette fable de la duperie se cache une évocation cinglante des instincts prédateurs sous toutes leurs formes. Au dernier étage la BD explore les figures de chasseurs sachant chasser à travers une cinquantaine d'originaux remarquables dont beaucoup prêtés par le musée d'Angoulême.

Cette quête de la rareté et du moment exclusif renvoie à bien d'autres sphères dont la nôtre en art contemporain, toujours à l'affût de la foire, de l'artiste, de l'évènement qui détrônera ou alimentera la tendance. Certains étant devenus des spécialistes de ce happening permanent où les réseaux sociaux tournent à plein régime... A méditer !

Infos pratiques :

SAFARIS

SAFARIX

jusqu'au 4 septembre 2016

Musée de la chasse et de la nature

62 rue des Archives, 75003 Paris

http://www.chassenature.org/

Aide aux artistes :

La Fondation Sommer reconnue d'utilité publique accueille de nombreux artistes en résidence au domaine de Belval. Actuellement, la Fondation et l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris ont conclu un partenariat triennal (2013-2015) offrant la possibilité à trois classes de l’ENSBA d'effectuer un travail in situ.

http://www.fondationfrancoissommer.org/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page