Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Kounellis brut et radical à la Monnaie de Paris

par Marie de la Fresnaye 2 Avril 2016, 20:52 Expositions Paris

©Jannis Kounellis Photo : Manolis Baboussis/Monnaie de Paris, 2016/Adagp, Paris.
©Jannis Kounellis Photo : Manolis Baboussis/Monnaie de Paris, 2016/Adagp, Paris.
©Jannis Kounellis Photo : Manolis Baboussis/Monnaie de Paris, 2016/Adagp, Paris.
©Jannis Kounellis Photo : Manolis Baboussis/Monnaie de Paris, 2016/Adagp, Paris.

©Jannis Kounellis Photo : Manolis Baboussis/Monnaie de Paris, 2016/Adagp, Paris.

J'ai mis du temps à me décider à parler de cette exposition qui est restée comme un électrochoc en suspens. Pionnier de l'arte povera, Jannis Kounellis s'empare des lieux comme "un vieux peintre les mains nues " comme il le déclare, allant à contre courant de ces enfilages grandioses pour y instaurer une dramaturgie austère où la vraie question est celle du dépouillement.

Tout comme dans le chef d'oeuvre du Caravage qu'il vénère "l'Incrédulité de St Thomas" qui n'a eu de cesse de hanter les générations suivantes, Kounellis ouvre cette béance, cette pensée du visible dans l'acte de la création, ce vertige. Une dialectique du clair-obscur qui polarise l'espace au fur et à mesure du cheminement dans le hic et le nunc, une pensée qui advient. "A inventer sur place" titre de la toile qui sert de miroir à la musique et à la danse, comme souvent chez l'artiste dans cette mise à l'épreuve entre improvisation et planification, chaud et froid, énergie du présent et poids de l'histoire.

Puisant dans la mémoire même du lieu, la dernière manufacture de Paris et plus ancienne entreprise du monde, il agit en démiurge autour de l'imaginaire lié au feu, à la combustion des matérieux, aux ateliers et à la forge pour la fabrication des monnaies, reliant le geste de l'artiste à celui de l'artisan. Dès lors le bois, le charbon, la toile de jute,un poème, une phrase, une date tout concourt à servir la vision de l'artiste dans un jeu de résonances qui transcendent la technique. Epaisseur de l'image et souffle poétique font le reste, convoquant de multiples voies d'interprétation chez le regardeur dans une mise en espace qui puise ses racines chez les artistes de la Renaissance comme Masacio ou Piranèse, ses autres référents.

Ce rituel silencieux qui peut dans un premier temps sembler indéchiffrable agit à travers les degrés de l'expérience, que l'on traverse des balances emplies de soufre,des chevalets démesurés et vides, des lits de camp recouverts de couvertures en feutre, un tas de graines de tournesol, des vitrines remplies de couteaux, une ballerine en mouvement,la flamme d'une bougie, le souffle court et le coeur battant dans ces décors baroques du Palais du Quai de Conti.

Bien plus qu'une installation c'est à une implication qu'il nous invite, repoussant toujours plus les limites, limites de l'espace, limites de la peinture, limites du temps.

Dramaturgie incandescente longtemps après !

Infos pratiques :

Brut(e)

KOUNELLIS

Monnaie de Paris

jusqu'au 30 avril 2016

11 Quai de Conti, 75006 Paris

Jannis Kounellis - Monnaie de Paris

A l'occasion de l'exposition, une publication est éditée par la Monnaie de Paris et Hatje Cantz, ainsi qu'une édition signée de l'artiste et une nouvelle médaille frappée dans les ateliers !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page