Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

61è Salon de Montrouge, pari tenu pour Ami Barak !

par Marie de la Fresnaye 3 Mai 2016, 11:08 Emergence Grand Paris

©Florian Viel, Romain Kronenberg, Marwan Moujaes, Lise Stoufflet, Guillaume Barth, Johanna Benaïnous et Elsa Parra, Anne-Charlotte Finel.
©Florian Viel, Romain Kronenberg, Marwan Moujaes, Lise Stoufflet, Guillaume Barth, Johanna Benaïnous et Elsa Parra, Anne-Charlotte Finel.
©Florian Viel, Romain Kronenberg, Marwan Moujaes, Lise Stoufflet, Guillaume Barth, Johanna Benaïnous et Elsa Parra, Anne-Charlotte Finel.
©Florian Viel, Romain Kronenberg, Marwan Moujaes, Lise Stoufflet, Guillaume Barth, Johanna Benaïnous et Elsa Parra, Anne-Charlotte Finel.
©Florian Viel, Romain Kronenberg, Marwan Moujaes, Lise Stoufflet, Guillaume Barth, Johanna Benaïnous et Elsa Parra, Anne-Charlotte Finel.
©Florian Viel, Romain Kronenberg, Marwan Moujaes, Lise Stoufflet, Guillaume Barth, Johanna Benaïnous et Elsa Parra, Anne-Charlotte Finel.
©Florian Viel, Romain Kronenberg, Marwan Moujaes, Lise Stoufflet, Guillaume Barth, Johanna Benaïnous et Elsa Parra, Anne-Charlotte Finel.

©Florian Viel, Romain Kronenberg, Marwan Moujaes, Lise Stoufflet, Guillaume Barth, Johanna Benaïnous et Elsa Parra, Anne-Charlotte Finel.

On attendait le tournant avec impatience, après l'ère Stéphane Corréard qui avait hissé cette manifestation au top et au final la nouvelle mouture d'Ami Barak et Marie Gautier se révèle plus qu'à la hauteur. Décloisonnement, scénographie plus lisible et pertinente (les modules de Matali Crasset avaient fini par envahir l'ensemble) et narration en 5 chapitres pour un panorama protéiforme et fluctuant, à l'image de l'état de la création actuelle.

Dès l'entrée le ton est donné avec "Chez moi, chez toi, chez les autres" où comment garder une fenêtre à soi dans un monde globalisé, section qui m'a le plus interpellée. Les images y sont très présentes dans des territoires hybrides entre sculpture, installation, photographie et video avec Josselin Vidalenc (gourmandise visuelle), Marie-Claire Messouma Manlanbien (créolisation des formes), Charlotte El Moussaed (rituels et répétition de gestes), Elsa Guillaume (ethnographie burlesque de son invention), Léonard Martin (dispositifs du précinéma) ou Camille Llobet (part non verbale de la communication). Puis nous évoluons vers "Raconte-moi la planète", "Ironie de l'histoire", "La veille des formes" et "Je t'aime, moi non plus (à la folie, pas du tout)" dans des mises en regard qui se répondent ou se complètent même si certains cartels ne sont pas tout de suite visibles. Cela fait partie sans doute de la progression et attitude curieuse à exercer, n'en déplaisent à certains, adeptes du tout mâché ! Toujours dans le domaine des images, la dominante de ce panorama international, citons Anne-Charlotte Finel et ces "extérieurs nuit" paysages transitoires hypnotiques, Virgile Fraisse et son projet à Marseille influencé par les "cultural studies"(industrie de l'image), Mathieu Dufois et ses zones d'ombre (déjà présenté à la galerie Particulière), Luke James et ses stratégies d'appropriation, Romain Kronenberg et son écriture filmique proche du fantastique, Florence Lattraye et sa stratégie de résistance face à la logique d'efficience permanente.

Egalement Mathilde Lavenne et sa plongée dans la force centrifuge de l'image "Focus on infinity", Hugo Livet et ses calembours visuels, Anne Le Troter et ses drôles de partitions sonores, Thomas Merret explorateur géographe, Sun Cunming (Chine) et ses coups de hasard "Box of life", François Roux et son exploration des liens entre le son et la photographie, Alex Roy et sa typologie des formes de déambulation urbaine dans la lignée de Robert Longo, Julie Vacher et ses glissements dans l'image, Florian Viel et sa réflexion sur l'exotisme que vous ne pourrez manquer avec son néon trompeur "Life isn't a beach", Alicia Zaton et sa mythologie familiale, Clarissa Baumann (Brésil) et ses infiltrations ténus du réel ou Romain Vicari et ses zones de chantier déjà très (trop ?) présent (galerie Dohyang Lee).

Parmi mes favoris pour les 5 prix : Marwan Moujaes (Liban) et la part cachée de l'histoire dans les conflits du Moyen-Orient, Golnaz Payani (Iran) et ses sublimes contes qui nous disent l'exil et son fardeau, Beatriz Toledo (Brésil) et ses vanités de la ruine urbaine, Aurélie Ferruel et Florentine Guédon duo fascinant qui joue de la performance avec provocation et enfin Johanna Benainous et Elsa Parra (nominées prix HSBC), autre duo qui développe un projet photographique autour de la notion d'altérité. Verdict ce soir !

A l'occasion du Centenaire du Cabaret Voltaire prolongez la visite au 1er étage avec une manifestation satellite d'artistes contemporains héritiers de cet état d'esprit tels : Présence Panchounette, Meshac Gaba, Pascale Marthine Tayou, Kader Attia, Roman Signer...Programmation de films dada associés et performances.

Le Jury présidé cette année par Alfred Pacquement, est constitué de :

  • Sarina Basta, Curateur de la Fondation Gulbenkian, associée aux Beaux-Arts de Paris
  • Gaëtane Verna, Directrice du Centre d’art contemporain de Toronto, The Power Plant
  • Lionel Balouin, Directeur de l’École Municipale des Beaux-arts et de la galerie Édouard Manet de Gennevilliers
  • Jean De Loisy, Président du Palais de Tokyo
  • Dominique Fontaine, commissaire d’exposition et fondatrice d'aPOSteRIORi – plateforme de recherche curatoriale, Canada
  • Stephan Kutniak, Directeur général adjoint du pôle culture au Conseil départemental des Hauts-de-Seine
  • Nicolas Liucci-Goutnikov, Conservateur au Musée national d’art moderne, Centre Pompidou
  • François Quintin, Directeur délégué de Lafayette Anticipation, Fondation d’entreprise Galeries Lafayette

Infos pratiques :

61è Salon de Montrouge

du 4 au 31 mai 2016

Entrée libre

Le Beffroi, Montrouge

Nouveau : les ateliers du dimanche !

http://www.salondemontrouge.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page