Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors que sort aujourd'hui son livre au vitriol"Chronique d'une France blessée" chez Grasset Anne Sinclair,décidément très rive gauche inaugurait ce même jour l'exposition 21 rue La Boétie au musée Maillol.

Autre page mouvementée de son histoire, celle de son grand père, Paul Rosenberg, grand marchand d'art de l'entre-deux-guerres. Directement inspirée du roman paru en 2012 l'exposition dresse une fresque historique et la saga de cette famille qui a connu la gloire mais aussi l'exil et l'humiliation, Paul se voyant déchu de sa nationalité française par le régime de Vichy. Victime comme tant d'autres d'une spoliation à grande échelle, ses objets d'art confisqués et stockés au Jeu de Paume, certains demeurant toujours introuvables. Et c'est ce devoir de réparation qui anime sa petite fille Anne Sinclair, ce combat pour la restitution et plus encore, la mémoire du génie de son aïeul, véritable passeur de modernité et découvreur de talents. L'idée germe de reconstituer l'itinéraire tourmenté de son destin entre Paris/New York/Paris et le décor de sa galerie jalonné d'œuvres dispersées dans le monde entier. Précurseur à plus d'un titre, Paul Rosenberg sait faire cohabiter les modernes au rez-de-chaussée (Braque, Léger, Matisse) avec des impressionnistes et représentants de Barbizon plus appréciés à l'étage. Il met en place un système puissant autour d'un réseau de clients européens et américains employant des méthodes de promotion de ses artistes assez révolutionnaires pour l'époque (publicité dans les journaux, participation à des salons, accrochages spectaculaires..) et d'une visibilité sans cesse renouvelée à coups d'expositions en rafale. Il entretient très vite une correspondance et amitié avec Picasso, ouvre une succursale à New York et à Londres, le tout à un rythme effréné. Fâcheuse ironie de l'histoire sa galerie pendant l'Occupation devient une officine de la Gestapo, l'Institut des Questions Juives, prônant antisémitisme et haine raciale. Heures tragiques de l'histoire précédées par la "grande exposition de l'art allemand" de Munich en 1937 et la même année, l'exposition "l'art dégénéré" qui accueille plus de 3,2 millions de visiteurs et voyage dans 12 villes. Le pillage nazi peut dès lors s'orchestrer à grande échelle avec la complicité de nombreux dignitaires français, même si l'action de résistance de Rose Valland au Jeu de Paume sera décisive plus tard pour dresser cet inventaire d'œuvres spoliées. La redécouverte en 2012 de Femme assise de Matisse chez Cornelius Gurlitt, présente dans le parcours est emblématique de ce combat. On peut comprendre l'émotion ressentie par la petite fille de ce visionnaire et mécène devant cette soixantaine de chefs d'œuvre réunis pour l'événement. De provenance prestigieuse des deux côtés de l'Atlantique ils soulèvent de nombreux questionnements et interpellent.

Avant de partir,penchez vous sur cette admirable petite toile de Marie Laurencin représentant la toute jeune Anne Sinclair âgée de 4 ans, le bleu de ses iris et la finesse des traits. Qu'a t-elle perçue dans cette beauté et vivacité précoces ? un destin lui aussi contrarié et une insatiable quête de la lumière ? Une ombre se dessine...

 

Infos pratiques :

21 rue La Boétie

jusqu'au 23 juillet 2017

Musée Maillol

Autour de l'exposition la Fondation Culturespaces,partenaire du musée Maillol met en place un parcours de visite ludique pour 600 enfants des écoles du réseau d'éducation prioritaire en Ile de France.

 

 

Tag(s) : #Peinture, #Collection

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :