Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

©miguel chevalier davide quayola.
©miguel chevalier davide quayola.
©miguel chevalier davide quayola.
©miguel chevalier davide quayola.
©miguel chevalier davide quayola.

©miguel chevalier davide quayola.

Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas à Chaumont qui sous l’impulsion de Chantal Colleu-Dumond ne cesse de se métamorphoser au gré des interventions artistiques et collaborations inédites, revendiquant un positionnement international stratégique conforté par un public en constante hausse. Quoi de mieux pour profiter des longs week-ends de ce printemps !

Cette année l’art digital fait le lien pour la première fois avec la thématique du Festival International des Jardins autour du « pouvoir des fleurs » avec l’installation phare de Miguel Chevallier mais aussi de Davide Quayola et Stéphane Guiran.

Comme un ovni posé dans le parc la sphère géodésique de Miguel Chevalier irradie les alentours. Des « paradis artificiels » répartis sur 2 dômes. Une fois franchi le seuil de l’expérience, les « Trans-Natures » sont projetées à 360°sur les parois intérieures du second dôme offrant une transposition imaginaire réflexive du règne des plantes, selon le concept développé par l’artiste à la fin des années 1990. Une musique commandée spécialement à Jacopo Baboni Schilingi accompagne cette immersion complète avec un dispositif de miroirs qui trouble les frontières de la cognition spatio-temporelle. Nous sommes pris de vertige face à cette « pollinisation florale »en flux constant où le visiteur assisterait à la chute des jardins de Babylone comme dans un rêve éveillé. Miguel Chevalier (né en 1959 à Mexico), l’un des pionniers de l’art numérique et virtuel se passionne pour le règne végétal qu’il transpose aux logiques d’hybridation permises par l’ordinateur. Il signe là en pleine nature aux côtés des arbres centenaires du parc de Chaumont et sculptures contemporaines, le meilleur de ce questionnement des limites entre naturel et artificiel.

Davide Quayola (né en 1982 à Rome) fait son retour à Chaumont avec une nouvelle installation « Jardins d’été », fruit d’une résidence de 15 jours en août 2016. Revisitant l’histoire de l’art à travers l’outil numérique il contribue notamment à l’ambitieux Google Art Project sculptant les différents couches iconographiques des plus grands chefs d’œuvre pour ensuite proposer de nouvelles peintures mutantes. La technique du mapping mêlée à la vidéo et la photographie invite à une nouvelle contemplation comme cela est induit par « Jardins d’été » dont la source est l’enregistrement des massifs de dahlias, de sauges et de delphiniums du Parc historique, retranscrit dans une palette impressionniste.

De nouveau le spectateur est comme hypnotisé par ce ballet d’abstractions visuelles et l’on songe bien entendu à Monet à l’origine de toute cette approche.

Stéphane Guiran (né en 1968 dans le Var) explore lui aussi les prismes de l’abstraction à travers la série « Réflexions oniriques » où il recréé des évanescences de lumière et de sons à partir de ces promenades solitaires dans les forêts du Mont Lozère. Une chorégraphie intime et éphémère entre le ciel, le végétal et l’eau à partir de quelques images recueillies.

Au delà de ce paysage digital au cœur des mutations du dialogue art et nature, Chaumont sur Loire dévoile la commande de la région Centre-Val de Loire passée à l’artiste américaine Sheila Hicks invitée à la Biennale de Venise cette année et du Centre Pompidou en 2018. Citons également la réflexion autour du sucre de Karine Bonneval comme vecteur historique et colonial de notre rapport aux matières premières et à la nature,les cabanes arachnéennes de Sara Favriau, le cabinet de curiosités de Marie Denis, les variations topographiques de Andrea Wolfensberger (Suisse) ou les pastels abyssaux et voluptueux de Mâkhi Xenakis.

Le tout sous l’ombre bienveillante du géant El Anatsui (Ghanéen) qui nous offre une nouvelle œuvre à partir des gabarres de Loire ces barques traditionnelles à qui il donne une autre vie.

Infos pratiques :


Art contemporain & photographie à Chaumont : 9è saison
Commissaire : Chantal Colleu-Dumond
Du 1er avril au 5 novembre 2017
Centre d’art et de nature
Domaine de Chaumont sur Loire (41)
http://www.domaine-chaumont.fr/fr/centre-d-arts-et-de-nature/saison-2017


Tarifs et billetterie :
Billet 1 journée, adulte 18€, pass famille domaine.

Bon plan :
Sur présentation de votre billet SNCF composté du jour, bénéficiez d’un tarif préférentiel.
Tag(s) : #Digital, #Festival, #Photographie, #Regions

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :