Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jeune Création, Beaux Arts de Paris, coups de coeur et florilège de prix au masculin !

par Marie de la Fresnaye 20 Mai 2018, 17:34 Emergence Prix Expositions Paris

Maximilien Pellet, Pierre M.Drapeau-Martin, Charlie Boisson, Pierre Bellot, Julia Poplawska.
Maximilien Pellet, Pierre M.Drapeau-Martin, Charlie Boisson, Pierre Bellot, Julia Poplawska.
Maximilien Pellet, Pierre M.Drapeau-Martin, Charlie Boisson, Pierre Bellot, Julia Poplawska.
Maximilien Pellet, Pierre M.Drapeau-Martin, Charlie Boisson, Pierre Bellot, Julia Poplawska.
Maximilien Pellet, Pierre M.Drapeau-Martin, Charlie Boisson, Pierre Bellot, Julia Poplawska.
Maximilien Pellet, Pierre M.Drapeau-Martin, Charlie Boisson, Pierre Bellot, Julia Poplawska.
Maximilien Pellet, Pierre M.Drapeau-Martin, Charlie Boisson, Pierre Bellot, Julia Poplawska.
Maximilien Pellet, Pierre M.Drapeau-Martin, Charlie Boisson, Pierre Bellot, Julia Poplawska.

Maximilien Pellet, Pierre M.Drapeau-Martin, Charlie Boisson, Pierre Bellot, Julia Poplawska.

La parité ne semble pas guider les choix de la commission de sélection de cette 68ème édition de Jeune Création qui a lieu cette année aux Beaux Arts de Paris, 68 ayant évidemment une résonance particulière dans ce berceau de "l'atelier populaire".

Dans ce panorama de 38 artistes internationaux assez contrasté où le bon côtoie le bricolage à la limite de l'amateurisme, se détache plusieurs tendances : une esthétique post digitale, une réflexion sur les nouveaux territoires et porosité des images, un goût pour la performance et la forte présence de la peinture.

Parmi mes coups de coeur : 

Thomas Auriol (ENSAM Caen, Novembre à Vitry) fondu de kitesurf il choisi d'étudier près de la mer, sa réflexion porte sur l'image des sports de glisse dans la société.

Pierre-Marie Drapeau-Martin (Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles) et sa libre interprétation du roman d'Elsa Morante l'Ile d'Arturo. Ses "courts circuits" ou reprise de Frankenstein sont une porte d'entrée vers le fantastique à partir d'expérimentations sur l'image.

Prix : No Mad Galerie, Paris, Aponia, Villiers sur Marne.

Pierre Bellot (ENSBA Paris, sélection Novembre à Vitry) des tableaux qui agrègent des photographies personnelles ou glanées sur internet avec un sens de la théâtralisation.

Prix : Immanence, Paris

Charlie Boisson (Beaux Arts Saint Etienne, 61ème Salon de Montrouge) rejoue le minimalisme à partir d'assemblage d'objets ou d'artefacts anciens.

Maximilien Pellet (Ecole des Arts Décoratifs de Paris) Entre le parpaing, l'enduit et la peinture, difficile de s'y retrouver dans ces grandes fresques murales qui mêlent différents emprunts de Matisse à l'art de la mosaïque et du trompe l'oeil. Exposé au Palais de Tokyo (Appareiller) il remporte de nombreux Prix : Double V galerie, Immanence Paris, Marin Beaux-Arts Arcueil, Le Pavillon Pantin.

 

Julia Poplawska (Pologne, Université de Poznan) cinéaste, elle livre une analyse critique sur la société polonaise à partir de vidéos et performances d'une jeunesse prise entre repères historiques et réalités quotidiennes.

 

"L’art n’est pas une compétition … l’art est un espace de partage" selon les déclarations de Bertrand Derel, président de Jeune Création.

Liste des prix indépendants et lauréats : ICI

Scoop : Jeune Création va rejoindre la Fondation Fiminco à Romainville sur un site qui rassemblera en 2019 un centre d'art, plusieurs galeries et un programme de résidences.

A ne pas manquer également :

La Chapelle des Beaux Arts investie par l'atelier Nathalie Talec est une merveille…

Quai Malaquais, "Images en lutte"  , Richard Deacon (cabinet des arts graphiques) somptueux et les collectifs invités dans le cadre de "fais ce qu'il te plait".

 

Infos pratiques :

JEUNE CREATION

jusqu'au 20 mai 2018

Beaux Arts de Paris

14 rue Bonaparte

75006 Paris

https://www.jeunecreation.org/

A signaler tout proche : galerie du Crous, exposition de Mélissa Dialo (ENSBA Paris) "AFRACT" autour de la nostalgie d'images et stéréotypes véhiculés sur l'appropriation culturelle. 

Galerie La Forest Divonne, Léa Dumayet et ses nouvelles pièces à la limite de la rupture, en dialogue avec Camille Pozzo di Borgo.

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page