Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Gaël Charbau, directeur artistique Nuit Blanche

par Marie de la Fresnaye 4 Octobre 2018, 22:41 In situ Performance Emergence Paris

Gaël Charbau DR
Gaël Charbau DR
Gaël Charbau DR
Gaël Charbau DR
Gaël Charbau DR
Gaël Charbau DR

Gaël Charbau DR

Alors que la 17ème Nuit Blanche est sur le point de se dévoiler aux parisiens, Gaël Charbau à l'occasion du vernissage de l'un des temps fort de la manifestation, l'exposition des 10 ans du Collège des Bernardins dont il assure également le commissariat, est revenu sur l'ADN de cette formidable machine à rêver chère aux parisiens. Parsemée de "constellations" selon le fil rouge qu'il a imaginé, cette Nuit Blanche 2018 s'inscrit au coeur des lieux emblématiques de la capitale, certains plus énigmatiques que d'autres.
 
 
1. Abdelkader Benchamma pour les 10 ans du Collège des Bernardins et la Nuit Blanche
 
L'installation, couplée à un certain nombre de rendez-vous, célèbre les 10 ans du Collège des Bernardins, l'art contemporain ayant toujours été présent au fil des ans. Si au cours de mes précédents commissariats nous nous étions, avec le directeur de la programmation culturelle, Hervé de Vaublanc, plutôt concentrés sur l'ancienne sacristie, nous souhaitions réinvestir l'espace de la Nef. Un espace assez majestueux à travers cette architecture cistercienne et l'œuvre déployée, d'Abdelkader Benchamma à la fois partie prenante des 10 ans du Collège et de la Nuit Blanche. Intitulée "Echo de la naissance des mondes", elle prend pour appui sur les travaux d'un prêtre astro-physicien Georges Lemaître (1894-1966), l'un des premiers à théoriser le big bang, ce qui lui a valu à l'époque quelques moqueries d'autres scientifiques alors qu'aujourd'hui cette théorie est reconnue comme fondamentale pour poser les jalons de la naissance de l'humanité. Georges Lemaître a eu cette intuition d'un univers à la fois infini et en expansion. L'artiste a choisi de rendre hommage à ses recherches en projetant dans l'ensemble de la Nef un dessin de près de 700m² sur tout le sol et qui dans son écriture particulière, l'artiste ne travaillant qu'en noir et blanc simule par le biais d'une série de motifs abstraits, une sorte de fragmentation qui échappe au premier regard. Le spectateur se voit alors contraint de marcher, parcourir, traverser la Nef pour appréhender l'ensemble, à l'image de notre point de vue sur l'univers dans lequel on évolue et le monde qui nous entoure, perpétuellement instable et rétif à la vue et à la compréhension globale.
Ce choix pour Abdelkader a été de l'ordre de l'évidence. Je l'avais déjà invité pour la Cité des sciences et de l'industrie dans le cadre d'une commande pérenne, qu'il avait condensé autour de la "matière noire" à travers ce même vocabulaire graphique. Il me semblait dès lors naturel de faire de nouveau appel à lui car il s'inscrit dans cette connexion art et science, sans être pour autant scientifique, ou faire semblant de l'être, mais en apportant un écho graphique et poétique à ses recherches.
 
2. Si l'on devait résumer en quelques mots clés l'ADN de cette 17ème Nuit Blanche
 
C'est tout d'abord un déploiement géographique dans tout Paris qui nous permet de redécouvrir la capitale, en tous cas je l'espère, à travers des endroits classiques et d'autres que j'ai imaginé plus inattendus.
J'ai dessiné 4 parcours que j'ai renommé des "constellations" toujours dans cette métaphore de la science et des étoiles qui ont une emprise à chaque fois différente, préférant souligner des contrastes plutôt qu'une cohérence, pour démontrer en quoi cette ville souvent qualifiée à tort de ville musée offre au contraire une grande diversité de paysages.
 
-Un premier parcours nous conduit des Halles jusqu'aux Bernardins, dessinant une constellation dans le Paris du Moyen Age par l'Ile Saint Louis qui va être l'un des points forts de cette Nuit Blanche, l'île étant fermée à la circulation pour devenir le théâtre d'une grande performance orchestrée par Edgar Sarin toute la nuit durant, sous la forme d'une procession. 
 
-Le 2ème parcours nous conduit du musée de l'Armée jusqu'au bas des Champs Elysées sur 1 kilomètre que l'on va entièrement piétoniser et tracer par du ruban doré, ("Mon Super Kilomètre" du studio UY077),le long des pelouses des Invalides, du Grand et du Petit Palais et du Pont Alexandre III offert à la plateforme philanthropique "Thanks for Nothing", jusqu' à l'Espace Cardin/Théâtre de la Ville sur la place de la Concorde.
 
-La 3ème constellation englobe l'ensemble du parc de la Villette et toutes ses institutions : la Philharmonie, la Cité des Sciences et de l'Industrie, la Géode, le Trabendo, le Cabaret Sauvage, le théâtre Paris Villette.. tout le monde ayant favorablement répondu à l'appel, cela va être énorme !
 
-Le 4ème parcours s'inscrit autour de la Porte Dorée avec le musée de l'immigration avec Benjamin Loyauté, le Lycée Elisa Lemonnier avec Eric Minh, le tramway Porte de Vincennes et le Parc Zoologique de Paris avec Philippe Quesne et Laurent Le Deunff.
 
Cette distribution première, géographique répondait à l'envie d'être très ambitieux dans les parcours et la 2ème clé d'approche de cette Nuit Blanche est l'émergence, ayant choisi de donner cette Nuit Blanche à des artistes ayant rarement travaillé à ces échelles. Je voulais faire ce pari avec eux pour réussir cette traversée de l'imaginaire contemporain.
 
3. En amont de Nuit Blanche et après
 
Autre ambition, je souhaitais multiplier des projets qui ne soient pas que dans l'éphémère, ouvrir en amont et s'inscrire longtemps après, comme ici aux Bernardins avec cette exposition qui ouvre 3 jours avant la Nuit Blanche et dure jusqu'au 10 novembre et également en Gare de Lyon, Hall 2 où l'évènement va s'inscrire sur plusieurs semaines. Depuis hier les voyageurs sont captés par l'installation immersive de la Tropicool Compagny, intitulée "le soleil se lève et se couche sans obstacle" de Florian Viel et Jonathan Chauveau. L'idée étant d'agrémenter les trajets des passagers, les gares dégageant un fort imaginaire. Un squelette de flamand rose énigmatique plane, tandis qu'un dégradé de couleurs accompagne la course du soleil sur la verrière, venant caresser le regard des passagers et instaurant une atmosphère enveloppante et inspirante.
 
 
Mode d'emploi #NuitBlanche :
 
Les points infos par le collectif Yes We Camp
Choisir sa ballade : la carte !
 
Constellation de l'Ile Saint-Louis
Constellation des Invalides
Constellation de la Villette
Constellation de la Porte Dorée
 
Satellites
Grand Paris
 
Carte en PDF
 
@NBParis 
 
 
 
 
Gaël Charbau prépare également la 5ème édition de la Bourse Révélations Emerige et bien d'autres projets encore dans le cadre de ses nombreuses collaborations, que nous développerons dans un 2ème volet.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page