Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saison "sensible" au Palais de Tokyo, Theaster Gates sauve la mise !

par Marie de la Fresnaye 4 Mars 2019, 23:03 Expositions Paris Art contemporain

© Theaster Gates , Angelica Mesiti, Julius von Bismark.
© Theaster Gates , Angelica Mesiti, Julius von Bismark.© Theaster Gates , Angelica Mesiti, Julius von Bismark.
© Theaster Gates , Angelica Mesiti, Julius von Bismark.

© Theaster Gates , Angelica Mesiti, Julius von Bismark.

On est loin de l'effet Tomàs Saraceno ou de certaines saisons vibrantes comme l'Etat du monde, Dioramas, Enfance, et l'on sent que le départ de Jean de Loisy est proche. Il nous avait habitué à mieux mais c'est peut être aussi une question de budget. Toujours est il que  c'est l'artiste Theaster Gates qui sauve la mise de "Sensible" avec son vaste projet Amalgam. Première exposition en France pour ce géant de l'histoire afro-américaine découvert à Bâle cet été avec "The Black Madonna". Ici c'est à partir du sombre épisode de l'île de Malaga dans l'état du Maine qui vit en 1912 l'expulsion d'une communauté mixte et métissée, qu'il tisse une narration multisensorielle en 4 parties : Altar/Autel, Island Modernity Institute and Department of Tourism/Institut de la  Modernité et Département du Tourisme de l'Île, Dance of Malaga/Danse de Malaga et So Bitter, This Curse of Darkness/Si amère, cette malédiction des ténèbres.

Musique avec son groupe les Black Monks Of Mississipi, performance, installation, sculpture, il revendique le mélange, la fluidité pour faire émerger de nouvelles formes. Urbaniste, professeur à l'université de Chicago il est impliqué dans de nombreux projets de réhabilitation autour de son quartier, se définissant comme un sorte de catalyseur activiste.

Autre pépite, Angelica Mesiti qui représentera son pays, l'Australie à la prochaine Biennale de Venise. Avec "Quand faire c'est dire" elle dévoile ses recherches depuis 2012 autour de la communication non verbale. 

Prix SAM 2017, Louis-Cyprien Rials présente avec la société de production ougandaise Ramon Films, "Au bord de la route de Wakaliga" soit la transposition dans les ghettos de Rashomon du célèbre Akira Kurosawa. Un résultat hybride entre long métrage et docu-fiction pour cet amateur d'espaces abandonnés ou marqués de stigmates qu'il sillonne partout dans le monde.

Julien Creuzet a t-il perdu son âme ? Sa poésie fonctionne toujours mais son langage plastique d'assemblages se rapproche beaucoup de ce qui se pratique par cette génération. 

Un peu l'arnaque les alchimies en réalité virtuelle de Julio Le Parc, il faut mettre un casque pour revivre l'Op Art ?

On en ressort en tanguant un peu comme la balise maritime de Julius von Bismark suspendue au dessus de l'escalier d'honneur, qui reproduit à l'identique ses mouvements au large de l'Atlantique. Le visiteur se voit alors plongé dans un ressac instable et permanent. 

 

Infos pratiques :

Saison Sensible 

jusqu'au 12 mai 

 

https://www.palaisdetokyo.com/

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page